Essayer de vivre à 100% grâce à l'économie circulaire ?

http://korben.info/video/essayer-de-vivre-a-100-grace-a-leconomie-circulaire
Le Bon Coin, qu’on ne présente plus, a produit un reportage baptisé 60 jours collaboratifs que j’ai trouvé plutôt sympa. Pendant 2 mois, la comédienne Eugénie Ravon va tenter de se loger, se nourrir, travailler et bien sûr se déplacer grâce aux nouveaux moyens collaboratifs. Elle galère beaucoup et même si je trouve qu’elle aurait pu…

Cela me fait penser au docu Craiglist Joe, dispo sur Netflix et qui date de 2012.
Le gars va vivre 1 mois, dormir, se déplacer,… uniquement grâce à Craiglist (équivalent beaucoup plus large de LBC)!
Très sympa aussi!

Ca va faire mal ce que je dis sans doute, mais ca porte un nom: c’est de la fraude. Le seul but de “l’économie collaborative” ou “économie circulaire”, c’est de ne rien reverser en taxe sur le travail et la valeur ajoutée.

Par contre, ces économies “alternatives” utilisent bien tout ce qui est payé par ces taxes. Faudrait être cohérent … pas de taxe reversée ? On va commencer par ne plus utiliser les infrastructures publiques. Ca va etre compliqué de se déplacer, ou de recharger ton portable…

Je trouve que rien ne respire + l’hypocrisie que ces économies …

4 J'aimes

C’est vrai que l’économie collaborative pose des questions un peu plus complexe que de rendre service à son voisin. Elle est pervertie pas des entreprises qui ne pensent qu’à payer le moins possible les gens qu’elles emploient tout en reversant le moins possible à l’état. On fonce dans le mur en suivant cette voie du chacun pour soi qui nous est pourtant vendu comme de la collaboration. Personnellement je fais maintenant très attention et dès qu’il y a enrichissement et surtout pas de partage équitable des revenus générés je dis non comme pour uber, airnb ou les nouveau livreur de repas type deliveroo. A contrario, pas de soucis pour blablacar ou leboncoin ou le couch surfing. Mais il faut arrêter de se gargariser de cette économie qui comme le bio et le greenwashing sert à nous faire prendre des vessies pour des lanternes.

1 J'aime

J’ai vu beaucoup d’erreurs dans ce reportage et les réponses ci-dessus, qui prouvent qu’aujourd’hui, peu de gens savent réellement ce qu’est l’économie collaborative.
L’économie collaborative est une économie dite idéale (entendre par là, très difficilement applicable).
Elle consiste à supprimer tout intermédiaire dans toutes situations, par exemple, la matière première est acheté à la personne qui l’a extraite par la personne qui va la traiter et ainsi de suite jusqu’à l’acheteur final qui vas consommer le produit, autre exemple, je transmet un savoir à une personne qui vas à son tour le transmettre jusqu’à ce que tout le monde le possède, autre exemple, je dispose d’un objet dont je ne me sert pas tout le temps (outils) et le laisse à disposition quand je ne m’en sert pas ou encore, j’utilise un objet mais pas à 100% de ses capacités (voiture, imprimante 3D (imprimer plusieurs pièces en même temps est plus rapide sur presque toutes), maison,…) et permet à d’autres d’utiliser ce même objet en même temps pour l’utiliser plus efficacement,…

//Stop ici pour la définition et des exemples voir P.S. en bas.

Dans le cas présent, par exemple si elle veut se nourrir (dans le reportage), le mieux est qu’elle s’arrête chez un agriculteur et demande à acheter ce qu’il produit au lieu d’aller chercher un plat cuisiné par une autre personne à 45km de là (ou alors, de frapper à la porte du(de la) voisin(e) et de demander s’il(elle) peut la faire manger en échange d’un service quelconque (monter un meuble, faire la vaisselle, réparer un truc, faire le ménage, …) ou d’argent, le collaboratif vise à se rapprocher de la proximité entre deux personnes.
Et c’est là le plus gros problème de l’économie collaborative, toutes les matières premières ne sont pas également réparties autours de la planète et ceux qui les traitent non plus.
L’économie collaborative, vise à se passer d’état (d’ou le fait de ne pas déclarer de taxes) mais cela conduirait aussi à devoir payer la personne qui entretient le bout de route que l’on emprunte, l’homme de main en cas de problème, …
La volonté de retourner à une économie collaborative est du à une exagération des marges de presque tout le monde.
Après, il faut voir, tout le monde est-il prêt à un salaire unique (en gros, smic pour tous et l’état prélève ce qui dépasse + obligation de payer de manière traçable donc fin des espèces) ?
Parce que c’est le seul moyen d’empêcher que ceux qui le peuvent ne demandent à avoir plus pour un même service.

Pour faire simple, aujourd’hui, pour se rapprocher du collaboratif, il suffit de se rapprocher des autres et de voir comment on peut utiliser au mieux nos ressources communes (co-voiturage, mise en commun des outils,…) bien sur, en pays capitaliste, soit chacun met un outil en commun, soit le groupe achète les outils, soit celui qui demande à utiliser l’outil en paye une petite partie à chaque fois, …

Le collaboratif est un idéal, qui n’est applicable que dans un contexte très spécifique, c’est pour ça que le communisme (marxisme) ne fonctionne (et ne fonctionnera) pas, parce que pour que ça fonctionne, il faut mettre en commun toutes les ressource du monde entier et que tout le monde veuille (sincèrement) le faire (sinon, des ressources se cachent ou s’en vont).

P.S.:C’est trop long, désolé, arrêtez vous au premier paragraphe pour la définition et des exemples de la théorie, le reste c’est surtout une critique du modèle collaboratif tel qu’il est appliqué, ou de ce qui se produit si on l’applique à tout.

Le Bon Coin pour la bouffe, ça existe vraiment et ça s’appelle www.mescarottes.com