Korben, roi d’internet, logo bébé avec des lunettes en mode thug life

[Install Kde Neon Chiffrage Total] & Astuces

Verifier que la carte graphique secondaire amd est active

mon ordinateur portable utilise exclusivement la carte graphique intel alors qu’il y’a une carte amd integre beaucoup plus performante. apres inspection il apparait cependant que le driver opensource d’amd est installe et que la carte est active. voici les etapes pour le verifier :

afficher informations detaillees sur le systeme :
lspci
la commande affiche effectivement l’existence de deux cartes graphiques :

00:02.0 VGA compatible controller: Intel Corporation UHD Graphics 620
01:00.0 Display controller: Advanced Micro Devices, Inc. [AMD/ATI]

cette commande confirme que le driver opensource amd est actif et que le module kernel est charge :
sudo lspci -v -s 01:00.0
Kernel driver in use: amdgpu
Kernel modules: amdgpu

verification suplementaire concernant le module amd :
lsmod | grep -i amd
resultas : amdgpu

afficher la carte graphique par defaut :
glxinfo | grep "OpenGL renderer"
resultas : OpenGL renderer string: Mesa DRI Intel® UHD Graphics 620 (Kabylake GT2)

afficher la carte graphique secondaire :
DRI_PRIME=1 glxinfo | grep "OpenGL renderer"
resultas : OpenGL renderer string: AMD ICELAND (DRM 3.26.0, 4.18.0-16-generic, LLVM 7.0.0)

cette commande donne des informations beaucoup plus detaillees sur la carte principale :
glxinfo -B

cette commande donne des informations beaucoup plus detaillees sur la carte secondaire :
DRI_PRIME=1 glxinfo -B

pour lancer un programme avec la carte amd, il faut faire preceder la commande par le parametre DRI_PRIME=1. par exemple pour tester la carte :

DRI_PRIME=1 glxgears

DRI_PRIME=1 glmark2

conclusion : probleme resolu.

Chiffrer un disque externe

pour les backups, j’utilise un disque externe de 1 to. bien evidement chiffre. voici les etapes :

taper :
sudo fdisk -l
pour identifier le disque…

le mien se situe dans /dev/sde. initialisation et preparation. attention, ces deux commandes sont tres dangereuse, ne vous tromper pas de device. vous voila prevenu :
sudo parted -s /dev/sde mklabel msdos
sudo parted -s /dev/sde mkpart primary 2048s 100%

chiffrer :
sudo cryptsetup -c aes-xts-plain64 -y --hash sha512 --use-random luksFormat /dev/sde1

ouvrir :
sudo cryptsetup luksOpen /dev/sde1 sde1-crypt

creer volume lvm :
sudo pvcreate /dev/mapper/sde1-crypt
sudo vgcreate back /dev/mapper/sde1-crypt
sudo lvcreate -l +100%FREE back --name root

formatter en ext4 :
sudo mkfs.ext4 /dev/back/root

ne pas oublier de specifier un label (ici ‘backup’) :
sudo e2label /dev/mapper/back-root backup

Note : pour ceux qui ne sont pas a l’aise avec les lignes de commande, il est possible d’utiliser l’editeur de partitions de kde. l’outil est tres puissant et gere les containers LUKS

Sauvegarder restaurer kde neon

l’une de mes preoccupations principales apres avoir installe et configure kde neon, c’est un crash du systeme irrecuperable m’obligeant a tout reinstaller. j’ai passe beaucoup de temps a configurer le systeme et je n’avais pas vraiment envie de repeter le scenario. il fallait trouver une solution viable. apres quelques recherches et tests de diverses solution, voici les etapes :

  • tout d’abords, s’assurer d’avoir toujours disponible une cle usb bootable avec kde neon.

  • un disque dur externe reserve au backup de preference chiffre parce qu’un backup d’un systeme chiffre se doit logiquement d’etre dans le meme etat sinon il est inutile d’y recourir. pour creer un disque chiffre, voir mon precedent post.

ensuite :

  • booter sur la cle usb de kde neon, lancer un terminal :

sudo fdisk -l pour identifier les disques…

ouvrir le container chiffre du disque dur de backup (ici situe dans /dev/sde) :
sudo cryptsetup luksOpen /dev/sde1 sde1-crypt

ouvrir le container chiffre du systeme (ici situe dans /dev/sbd ) :
sudo cryptsetup luksOpen /dev/sdb1 sdb1-crypt

installer partclone qui va servir au backup de la partition systeme :
sudo apt install partclone

sauvegarder la partition systeme (ici le systeme est suppose se trouver dans /dev/mapper/vg-root et le backup est suppose se creer dans /media/neon/backup avec un nom explicite et la specification de la date. a noter que le clonage s’effectue dans un fichier image) :
sudo partclone.ext4 -c -s /dev/mapper/vg-root -o /media/neon/backup/backup-system_$(date +"%d-%m-%Y").img

restaurer la partition systeme :
partclone.ext4 -r -s /media/neon/backup/nom_backup.img -o /dev/mapper/vg-root

Note : le backup s’est effectue avec succes mais je n’ai pas teste la restauration. tout devrait fonctionner mais je ne peux le confirmer a cent pour cent pour l’instant. le backup a necessite environ 23 minutes pour un fichier image d’environ 60 go, partclone a sauvegarde uniquement l’espace occupe du disque qui a en fait une taille de 250 go. si la restauration prend la meme duree, c’est un gain de temp appreciable en comparaison d’une nouvelle installation et reconfiguration. partclone n’est pas vraiment adapte au backup de home. j’envisage d’utiliser un script avec rsync. je verrais plus tard.

Evaluer les capacites de wine en matiere de jeux

J’ai duplique le container lxd wine dans un nouveau reserve uniquement aux jeux, j’ai utilise winetricks pour installer certaines dependances necessaires ensuite j’ai telecharge la derniere version de playonlinux dans le site officiel, la version package dans les depots d’ubuntu est ancienne et comporte quelques bugs d’affichages. j’ai installe de nombreux jeux anciens que j’ai trouve dans des cds mags et certains complets freewares disponibles dans des sites specialises. la pluparts fonctionnent tres bien. pour ceux qui sont interesses, voici la liste :

  • Aerial Fire
  • Air Sharks 2
  • Call of duty
  • Doom 3
  • Shadow ops
  • Shogo
  • Sky Battle
  • Starfighter
  • Delta force
  • Halflife 1

Wine est etonnant et evolue rapidement version apres version. les jeux s’executent avec une bonne qualite graphique et une vitesse satisfaisante. ici le potentiel des containers est revele. il est desormais possible de ne pas polluer le systeme principal et de sandboxer des jeux dans un environnement protege. le backup du container permet de le reinstaller facillement dans une autre machine linux…

J’ai teste la version (3) de wine disponible dans les depots d’ubuntu. pour les jeux plus recents, la version 4 semble plus puissante et plus adapte. playonlinux est une excellente interface graphique a wine mais il en existe de nombreux…

Note : j’ai souvent hesite sous windows a installer des jeux pour ne pas polluer le systeme et le rendre eventuellement instable. ici le probleme ne se pose pas.

Conclusion : Wine peut permettre d’installer utiliser des jeux (meme commerciaux) sous linux. il y’a des projets tres evolues comme CrossOver ou Proton (base sur wine mais plus aboutie). au final, meme les joueurs peuvent desormais envisager linux.

Activer la 3D dans une VM avec Qemu.

Qemu est un emulateur de materiel qui peut simuler de nombreuses architectures (x86, ARM, SPARC…). associe a Virgil 3D et kvm il devient possible de gerer la 3d dans une vm…

voici les etapes pour l’installer :

  • lancer Discover, faite une recherche sur qemu, et installer qemu-virgil. il s’agit d’un package snap. taper :

sudo snap connect qemu-virgil:kvm

  • pour tester, lancer par exemple l’iso de kde neon avec la commande :

qemu-virgil -enable-kvm -m 1024 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 -cdrom /chemin/nom_iso

  • dans la vm, taper :

sudo apt install mesa-utils

tester :

glxgears

tester le jeu supertux :

sudo apt install supertux

lancer :

supertux2

Conclusion : ca marche parfaitement. j’ai egallement teste avec succes une vm windows 7. les possibilitees de linux sont vraiment infinies.


Mise a jour : j’ai recupere une vm kde neon sous vmplayer pour l’utiliser avec Qemu. ca fonctionne tres bien.

d’autres jeux fonctionnels :

  • supertuxkart et torcs (simulations voitures)
  • warzone 2100
  • neverball

Note : l’une des particularites interessantes de Qemu avec les jeux, c’est qu’une fois fixe la resolution de l’ecran en mode fenetre, le lancement d’un jeu plein ecran se fait dans la meme resolution sans alterer l’affichage du systeme reel contrairement a lxd ou de nombreux jeux ne se lancent qu’en plein ecran et alterent l’affichage. ce qui necessite de le restaurer ulterieurement. cela dit les jeux sous lxd sont clairement plus rapides. ayant deux cartes intel et amd, la carte graphique integre montre parfois ses limites (lenteurs), la commande DRI_PRIME=1 qui permet d’utiliser la carte amd permet toutefois d’y remedier. finallement Qemu associe a kvm et virgil 3D permet de jouer a la plupart des jeux en mode securise avec isolation totale. il faut une machine puissante avec beaucoup de memoire (8 a 32 go)…

Concernant les vms :

  • vm windows 7 : fonctionne tres bien…
  • vm windows xp : ne fonctionne pas (message d’erreur systematique au demarrage)…
  • vm windows 2000 : fonctionne (mais necessite quelques parametrages)…
  • vm windows 98 se : fonctionne (mais necessite quelques parametrages)…
  • vm freedos : fonctionne.
  • vm kde neon : fonctionne tres bien.
  • vm archlinux : fonctionne tres bien (bon, utiliser un noyau lst parce que l’installation du noyau 5.xx a empeche le boot)…
  • vm Q4OS kde plasma : fonctionne tres bien.
  • vm Reactos : fonctionne bien.

Note : j’utilisais toutes ces vms avec vmplayer. il faut les convertir au format qcow2 et desinstaller vmware tool pour que ca fonctionne mieux…

Reinitialiser Plasma Shell.

j’ai ete confronte a une fuite de memoire provoque apparement par l’editeur kate qui a rendu le systeme instable. meme apres avoir tue le programme en cause, ca n’a pas regle le probleme. j’ai du redemarre le systeme. sous windows j’avais une commande tres efficace qui permettait de relancer explorer et d’eviter un reboot, voici l’equivalent pour kde plasma :

taper alt + espace pour activer Krunner. dans le champ qui apparait, saisir :

killall plasmashell && plasmashell

Attention. avant de lancer cette commande, s’assurer de fermer tous les programmes…

Installation ReactOS sous Qemu.

apres avoir teste avec succes la version live de ReactOS, j’ai decide de l’installer en vm. voici les etapes pour ceux qui seraient interesses :

creation d’un fichier de 15 G pour y installer ReactOS :

qemu-img create -f qcow2 ReactOS.qcow2 15G

pour installer qemu-virgil. voir le post precedent.

lancement de Qemu avec option de boot sur l’iso d’install de ReactOS :

qemu-virgil -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 -hda /chemin/ReactOS.qcow2 -boot d -cdrom /chemin/ReactOS.iso

apres installation. relancer Qemu avec option de boot sur le disque dur virtuel :

qemu-virgil -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 -hda /chemin/ReactOS.qcow2 -boot c -cdrom /chemin/ReactOS.iso

le lancement de ReactOSS avec Qemu est tres rapide. le systeme s’est revele plus stable que les anciennes versions que j’avais testes precedement. internet est actif. ce qui permet d’utiliser l’installateur de programme et d’installer rapidement de nombreux programmes. je n’ai pas reussi a activer la 3d. je verrais plus tard.

comme avec la vm de windows 7, j’ai configure l’affichage avec la meme resolution ecran que le systeme reel. dans ce cas il vaut mieux basculer en mode plein ecran en tapant ctrl+alt+f (permet de switcher entre les deux modes fenetre et plein ecran) sous Qemu

J’avais mis un p’tit cœur, mais ça mérite mieux :wink:
Merci pour ce thread/todoliste/mémo très enrichissant. !

merci tontonballo.

Quelqu’un m’a pose une question d’ordre general (il se reconnaitra). il s’agit d’un probleme de lenteur au boot. j’ai un peu cherche. pour que ca serve a d’autres, voici quelques recommandations :

  • lors du boot, taper esc des l’affichage du logo pour voir ce qui se passe.

  • pour analyser le temps de boot, il y’a systemd-analyze. ca devrait afficher ou ca coince…

  • peut etre un probleme de disque dur qui provoque une verification au boot…

  • essayer un autre kernel.

  • desactiver certains services inutilises.

  • attendre un peu avant de tenter quelque chose de risque, il arrive qu’une mise a jour provoque le probleme mais c’est souvent corrige ulterieurement…

il y’a plusieurs autres pistes possibles mais ca depend de la configuration hardware.

1 J'aime

Securiser sandboxer libreoffice en utilisant le format appimage

Libreoffice peut etre installe a partir du depot officiel d’ubuntu ou sous la forme d’un package snap. ces deux solutions ne me conviennent pas parce que ce logiciel est tres lourd et disperse de trop nombreux fichiers. ajouter a cela qu’il a ete impossible de le securiser sandboxer. j’ai cherche et trouve dans le site officiel un package appimage complet. apres l’avoir telecharge, voici pour ceux qui seraient interesses les etapes d’installations :

bon, si l’objectif est de simplement executer directement le package, taper :

chmod a+x LibreOffice-xxx_64.AppImage

ensuite dans le terminal :

./LibreOffice-xxx_64.AppImage

mon objectif etant de securiser sandboxer libreoffice avec firejail :

  • creer dans home un repertoire destine aux packages appimages (par exemple Appimages) et y copier le package.

  • creer dans home un repertoire specifique a libreoffice (par exemple Firejail/libreoffice)

  • pour executer libreoffice, lancer la commande :

firejail --net=none --noprofile --private=/home/nom_utilisateur/Firejail/libreoffice --appimage /home/nom_utilisateur/Appimages/LibreOffice-xxx_64.AppImage

libreoffice n’a aucune raison d’acceder au net, le parametre –net=none l’en empeche. l’option –noprofile a ete necessaire pour eviter le plantage du programme. l’option –private permet de restreindre le programme au repertoire specifie. il sera necessaire de deplacer les fichiers de travail dans ce repertoire pour y avoir acces…

Note : kde permet facillement d’editer le menu d’applications et d’ajouter des liens vers des programmes, c’est ce que j’ai fait en creant des dossiers pour lxd qemu et appimages.

le format appimage se presente sous la forme d’un unique fichier. c’est a mon avis l’ideal sous linux. le stockage dans home permet d’alleger la partition systeme de plusieurs megas. j’ai adopte ce format pour plusieurs programmes. associe a Firejail, c’est encore mieux. le seul bemol, c’est que les packages sont situe dans un disque dur classique et pas le ssd. malgre tout, le demarrage de libreoffice est pratiquement instantane. il sera possible d’y remedier des que les disques ssd de hautes capacites seront disponibles a prix reduits. sinon il reste possible de creer un script universel de lancement de ces packages dans un ramdisk…

Compresser sauvegarder restaurer une vm le plus rapidement possible

Avant de modifier une vm, je fais une sauvegarde par precaution. j’ai teste de nombreux programmes de compression. l’imperatif etait la vitesse de traitement. zstd s’est revele le meilleur. l’algorithme est deja utilise pour les packages de debian et ubuntu. pour l’installer je crois qu’il faut taper :

sudo apt install zstd

sauvegarder compresser un fichier vm (le niveau de compression par defaut est optimale niveau vitesse…) :

zstd nom_fichier

restaurer decompresser :

zstd -d nom_fichier

Note : Qemu permet de restaurer une vm a son etat initial en utilisant un snapshot, mais je n’utilise pas cette fonction…

Alternative au dossier partage sous le Gestionnaire de machines ou Qemu

Contrairement a virtualbox ou vmplayer, la creation d’un dossier partage entre le systeme reel et la vm est plus complique avec le Gestionnaire de machines virtuels ou Qemu. il existe une solution pratique en utilisant une cle usb, pour ceux qui sont interesses, voici les etapes :

  • dans le Gestionnaire de machines virtuels, se positionner en mode detail dans la vm concerne et activer l’option Ajouter nouveau materiel virtuel ensuite peripherique hote usb, selectionner la cle usb…

  • en ligne de commande avec qemu, lancer fdisk -l pour identifier le device de la cle usb et l’ajouter (exemple -hda /dev/sdc).

j’ai procede de cette facon pour transferer des donnees vers la vm ou en recuperer…

Note : Qemu associe a divers extensions s’est revele d’une tres bonne qualite. il n’y a donc plus de raison d’utiliser des logiciels de virtualisations non libres…

Cloner Windows 7 dans une vm avec le gestionnaire de machines virtuels

Pour l’instant, je jongle entre mon ancien ordinateur avec windows 7 et le nouveau avec kde neon. je me poses la question de reunir les deux en utilisant la virtualisation de windows. ca me laissera le temps de terminer tranquillement le parametrage de kde neon. apres mes test, le bilan est tres positif. les systemes que j’ai teste avec le Gestionnaire de machines virtuels ou directement avec Qemu fonctionnent pour la pluparts tres bien, c’est meme parfois bluffant en mode plein ecran, difficile de faire la distinction entre un systeme reel et virtuel. j’ai donc entrepris de faire une copie identique de mon ancien ordinateur. pour ceux qui seraient interesses par cette experience, voici les etapes :

  • reinstallation de windows 7 dans une vm et activation.

  • reconfiguration de la vm avec le meme parametrage et les memes logiciels que j’utilisent.

  • ajout d’un disque dur virtuel (configure en lecteur D pour garder la coherence de tous les raccourcis de l’ancien systeme) pour y importer toutes mes donnees.

  • copie pratiquement identique de mon ancienne installation (utilisation d’une cle usb pour l’importation).

  • configuration de la vm avec 3072 mo de memoire centrale (c’est suffisant avec windows 7).

  • configuration du cpu (le choix est large selon la performance souhaitee).

le demarrage de la vm est tres rapide, c’est essentiel.

Conclusion : importation totallement reussi.

On m’a pose une question concernant l’utilite d’avoir une partition ou un fichier (ubuntu) swap sous linux quand la memoire disponible est importante. d’apres ma modeste experience :

  • le swap est obligatoire si l’hibernation est utilise et elle doit etre de taille egale a la memoire centrale.

  • recement, j’ai ete confronte a un bug dans un programme qui a mange rapidement des go de memoire, le swap a ete utilise. je crois qu’il y’aurait eu un plantage total sans cela avec perte de donnee. je m’en suis appercu a temps, j’ai ferme tous les programmes et redemarre le systeme.

  • j’ai configure tmp dans tmpfs. ce qui fait que le contenu de tmp est desormais charge en memoire centrale. par defaut la moitie de la memoire centrale est utilise, si ce n’est pas suffisant, le swap sera utilise, ce qui laisse une marge de securite importante…

  • dans tous les cas, si la memoire centrale est sature et qu’il n’y a pas de swap, le systeme deviendra tres instable et finira par planter…

  • certains preconisent de localiser le swap dans un disque mecanique. ca me parait illogique, un ssd est beaucoup plus rapide, il suffit de s’assurer que le swap ne soit utilise qu’en cas d’extreme necessite en configurant finement swappiness…

Conclusion : pour toute ces raisons, je penses qu’il faut garder un swap par mesure de precaution mais ce n’est que mon avis.

1 J'aime

Consoles de jeux sous Qemu-virgil

Batocera permet d’emuler de nombreuses consoles de jeux. il est possible de l’installer sur une carte sd une cle usb ou un disque dur. le projet n’est pas limite a un raspberryPi ou autres architectures arms. la gestion des pcs permet de l’utiliser sur un vieux ordinateur pc 32 ou 64 bits. je vais aller plus loin et le detourner de son usage. j’ai voulu voir ce que ca donnerait avec Qemu associe a kvm et virgil. pour ceux qui seraient interesse, voici les etapes :

  • telecharger la derniere version de Batocera.
  • extraire le fichier img de l’archive.
  • convertir le format img vers qcow2

qemu-img convert -f raw -O qcow2 /chemin/fichier.img /chemin/fichier.qcow2

  • lancer fichier.qcow2 avec Qemu-virgil

qemu-virgil -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 -hda /chemin/fichier.qcow2

L’interface graphique de Batocera est de tres bonne qualite, le clavier peut etre utilise contrairement a d’autres projets qui necessite obligatoirement la presence d’une manette de jeux. le son fonctionne mais pas d’acces reseau (ca doit etre configurable), il est possible de switcher en mode plein ecran ou fenetre en tapant ctrl+alt+f. pour tester il y’a quelques roms de jeux, certaines ne fonctionnent pas mais la pluparts oui (surprenant)…

Commandes clavier basiques :

  • touches fleches pour se deplacer
  • escape pour sortir du jeux
  • espace pour activer le menu general

bon, c’est juste par curiosite. le but du projet, c’est le recyclage d’un ancien ordinateur ou un raspberryPi et leurs transformations en borne d’arcade assez facillement. reste que vu le potentiel de Qemu-virgil, ca donne a reflechir. il y’aurait dans ce cas des details techniques a resoudre comme la prise en compte d’une manette de jeux, le reseau, l’optimisation graphique…


MAJ : pour creer un espace de stockage et l’utiliser, il suffit de creer un disque virtuel avec qemu-img, utiliser n’importe quel distrib linux sous qemu pour formater le disque au format ntfs (pour eviter les problemes de droits sous linux), rebooter sur Batocera et l’activer. une arboresence sera cree. derniere etape reutiliser une distrib linux sous qemu pour copier les roms a leurs emplacements dans le disque virtuel, relancer Batocera et lancer l’update liste de jeux…

Installation test Lubuntu sous Qemu

La nouvelle version de lubuntu est disponible avec LXQt un nouvel environnement de bureau tres leger. j’ai decide de l’installer dans une vm sous qemu-virgil. voici les etapes pour ceux qui seraient interesses :

creation d’un fichier de 25 G pour y installer lubuntu :

qemu-img create -f qcow2 lubuntu64.qcow2 25G

lancement de Qemu avec option de boot sur l’iso d’install de lubuntu :

qemu-virgil -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 -hda /chemin/lubuntu64.qcow2 -boot d -cdrom /chemin/lubuntu64.iso

apres installation. relancer Qemu avec option de boot sur le disque dur virtuel :

qemu-virgil -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 -hda /chemin/lubuntu64.qcow2 -boot c -cdrom /chemin/lubuntu64.iso

LXQt utilise tres peu de memoire (env 320 mo) . la 3d est active. l’environnement graphique est tres simple avec une barre de tache et un menu general. c’est configurable. tres bonne stabilite. il y’a eu un probeme de lenteur de deplacement des fenetre resolu en utilisant metacity au lieu d’openbox. apres la mise a jour et quelques configurations, le demarrage est tres rapide. c’est une distribution minimaliste que je vais utiliser en association avec qemu-virgil pour y installer des programmes 3d et eventuellement des jeux…

Cette distrib semble parfaitement adapte a un ordinateur leger avec environ 2 go de memoire centrale…

Acceder aux donnees d’un fichier virtuel Qemu

Contrairement a virtualbox ou vmplayer, la creation d’un dossier partage entre le systeme reel et la vm est plus complique avec le Gestionnaire de machines virtuels ou Qemu. voici une autre solution pratique (j’en ai deja decrit une base sur l’utilisation d’une cle usb). pour ceux qui sont interesses, voici les etapes :

  • installer libguestfs-tools

sudo apt install libguestfs-tools

  • acceder au fichier virtuel qcow2

creer un dossier de montage dans home : mkdir ~/montage

exemple type :

sudo guestmount -a ~/chemin/fichier.qcow2 -m /dev/sda1 --ro ~/montage

le parametre –ro force le mode lecture uniquement sinon il y’a un risque tres eleve de corrompre le fichier virtuel…

a partir de la, il est possible d’acceder au fichier virtuel et de manipuler les fichiers s’y trouvant. j’utilise mc (pour l’installer sudo apt install mc) pour afficher gerer l’arborescence du systeme de fichier. il faut etre root. commande :

sudo mc

pour demonter le fichier :

sudo guestunmount ~/montage

1 J'aime

Concernant qemu-virgil, cette section en gras me semble bizarre pour ne pas dire suspecte :

qemu-virgil -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0,hostfwd=tcp::10022-:22 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97

cette ligne de commande etait decrite dans la documentation du package snap de qemu.

j’ai corrige tous les posts concernes, veuillez faire de meme…

Compiler qemu

La version officielle de qemu (2.11.1) est depourvue de virgil 3d ainsi que des nombreuses evolution du logiciel, la derniere version etant actuellement la 4.0. j’ai decide de compiler la derniere version avec virgil 3d et eventuellement quelques options. ces instructions sont uniquement adapte a la distribution linux kde neon. ca pourrait peut etre marcher pour les distribs basees sur ubuntu. il faudra surement lire la section dediee a LXD. pour ceux qui voudraient faire pareil, voici les etapes :

  • la compilation se fera dans LXD pour eviter de polluer le systeme principal, j’ai clone le container de firefox (voir section lxd) que j’ai copie et renomme en qemu-dev.

  • active le container : lxc start qemu-dev

  • y entrer : lxc exec qemu-dev – sudo --login --user ubuntu DISPLAY=:0

  • creation repertoire qemu et y entrer : mkdir qemu ensuite cd qemu

  • avec wget, telecharge la derniere version de qemu : wget https://download.qemu.org/qemu-4.0.0.tar.xz
    ne croyez personne sur parole, allez verifier par vous meme l’adresse de telechargement

  • extraire l’archive avec : tar xf qemu-4.0.0.tar.xz

  • installation des dependances de qemu : sudo apt-get build-dep qemu

  • autres dependances necessaires :

sudo apt install libgtk-3-dev libvte-2.91-dev libsdl2-dev libgbm-dev libvirglrenderer-dev libnfs-dev liblzo2-dev libbz2-dev libjemalloc-dev

note : qemu est un gros morceau, il faut beaucoup de patience, la premiere tentative s’est solde par un plantage parce que j’ai suivi une recommandation naze sur internet et active la compilation sur trop de coeurs cpu, ce qui a provoque l’utilisation de pratiquement toute la ram (malgre 32 go) avec blocage…

voila ce qui fonctionne. le parametre –prefix=/opt/qemu4 specifie le repertoire d’installation de qemu 4.0 pour pouvoir l’utiliser avec l’ancienne version sans conflit. nice -n 19 permet de reduire l’occupation cpu lors de la compilation pour pouvoir continuer a utiliser le systeme…

./configure --prefix=/opt/qemu4/ --enable-sdl --enable-opengl --enable-virglrenderer --enable-system --enable-modules --audio-drv-list=pa --enable-kvm --enable-gtk --enable-vte --enable-spice --enable-libiscsi --enable-libnfs --enable-curl --enable-jemalloc

nice -n 19 make -j3
a noter que le parametre nice -n 19 ralenti le traitement (environ 20 minutes) prix a payer pour preserver les ressources du systeme, l’option de compilation -j3 (utilisation de trois cpus, a modifier si votre processeur n’est pas adapte) ameliore la vitesse…

  • installer checkinstall : sudo apt install checkinstall

  • creer un package deb : sudo checkinstall --install=no --nodoc

tres important, modifier qemu en qemu4 pour que la nouvelle version n’entre pas en conflit avec l’ancienne.

  • un package devrait avoir ete cree : qemu4_4.0.0-1_amd64.deb

  • sortir du container : exit

  • copier le package vers home (exemple) :

lxc file pull qemu-dev/home/ubuntu/qemu/qemu-4.0.0/qemu4_4.0.0-1_amd64.deb /home/nom_utilisateur/

  • l’installer :

sudo dpkg -i qemu_4.0.0-1_amd64.deb

sudo apt install -f

sudo apt install libgtk-3-dev libvte-2.91-dev libsdl2-dev libgbm-dev libvirglrenderer-dev libnfs-dev liblzo2-dev libbz2-dev

  • verifier : /opt/qemu4/bin/qemu-system-x86_64 --version

  • verifier ancienne version : qemu-system-x86_64 --version

pour utiliser qemu 4, il faut specifier le chemin d’acces aux binaires. toutes les architectures cpus (arm, i386, x86_64, sparc64, riscv64…) se trouvent dans /opt/qemu4/bin et ont etees generees avec virgil 3d… pour les developpeurs multiplateformes, il sera possible de travailler sur toutes ces architectures sans devoir posseder le hardware (l’architecture risc-v est particulierement tres interessante parce qu’open source)…

ls /opt/qemu4/bin

note : il est possible de remplacer l’ancienne version en l’ecrasant (deconseille). il vaut mieux attendre un package officiel parce que qemu est etroitement lie au gestionnaire de machine virtuels et a de nombreuses librairies. si vous voulez le faire, il faut enlever le parametre –prefix=/opt/qemu4 dans ./configure. le package deb sera cree avec le repertoire d’installation par defaut. lors de l’utilisation de checkinstall ne pas changer le nom…

si vous avez installe le package snap qemu-virgil, il est desormais inutile. pour le desinstaller :

sudo snap remove qemu-virgil

dans toutes les lignes de commandes des posts precedents concernant qemu-virgil, remplacez :

qemu-virgil par /opt/qemu4/bin/qemu-system-x86_64

resultas : j’ai teste qemu 4 intensivement et constate que cette version est moins rapide que qemu-virgil. c’est peut etre la raison du maintien de la version 2.x et 3.x. en plus j’ai identifie un probleme bloquant en rapport avec le clavier qui se bloque quand j’appui trop longtemps sur une touche. je penses qu’il vaut mieux attendre la stabilisation de cette version. j’ai retelecharge et compile la version stable 3.0.1. c’est mieux, plus stable et clairement plus rapide surtout avec sdl…


pour compiler la version 3, meme topo sauf qu’il faut :

  • remplacer qemu4 par qemu3
  • utilise le meme ./configure avec –prefix=/opt/qemu3/
  • installer le package qemu3_3.0.1-1_amd64.deb
  • chemins d’acces des binaires dans /opt/qemu3/bin

j’ai garde la version 4 pour d’autres tests mais je vais plutot utiliser la version 3…

note : avec cette methode, il est possible d’utiliser plusieurs versions de qemu sans conflit. la prochaine etape sera de compiler la version 2.x pour comparer les performances…

exemple de ligne de commande :

/opt/qemu3/bin/qemu-system-x86_64 -enable-kvm -cpu host -m 2048 -device virtio-vga,virgl=on -display sdl,gl=on -netdev user,id=ethernet.0 -device rtl8139,netdev=ethernet.0 -soundhw ac97 ~/nom.qcow2 -boot c


j’avais oublie un detail important, pour desinstaller proprement par exemple la version 4 :

sudo dpkg -r qemu4

ou la version 3

sudo dpkg -r qemu3

avant d’utiliser /opt comme destination, le repertoire etait vide dans kde neon. s’il y’a un seul package, la desinstallation de ce dernier provoque bizarrement son effacement total. il faut donc le regenerer avec la commande sudo mkdir /opt parce qu’il pourrait etre utilise par le systeme ulterieurement