La souffrance au travail dans le secteur des jeux vidéo

Publié initialement à : https://korben.info/la-souffrance-au-travail-dans-le-secteur-des-jeux-video.html

C’est quand même dingue de se dire qu’un secteur d’activité qui fait rêver beaucoup de gens (le jeu vidéo) est aussi un enfer pour beaucoup. Ce n’est pas un scoop, les conditions de travail dans le jeu vidéo sont difficiles. Beaucoup de pression et des périodes intenses de boulot appelées « crunch » qui se produisent régulièrement…

Sans vouloir retirer de l’intérêt à cette vidéo, le sujet des conditions de travail dans les JV a été plus que mis en lumière l’année dernière avec l’enquête d’envergure menée par Canard PC et le Monde (Crunch Investigation).
Dommage de n’avoir pas creusé au -delà de cette vidéo pour mettre en évidence le travail journalistique made in france quand il est précurseur.

1 J'aime

Le ton du reportage m’a dérangé; je dois bien l’avouer…

Il m’a dérangé parce qu’il ne fait que dénoncer; d’emblée; sans jamais mettre en lumière les contre-parties qui font que; oui; des professionnels s’épanouissent dans l’industrie du jeu vidéo et qu’ils ne cessent de fournir des efforts et du travail dans le domaine dans lequel ils s’éclatent.

J’ai envie de dire; que c’est très Français; dans l’attitude. Et que ce reportage “a charge” oublie (volontairement?) que dans toutes entreprises; lorsque des risques sont pris; financiers pour la plupart; l’entreprise entière se soumet a un planning de remboursement, d’endettement; et que la seule façon de s’en tirer est de surmonter les épreuves et les difficultés pour parvenir à l’objectif.

Entendre ces gens; qui méprisent; les autres professionnels qui garantissent l’atteinte de l’objectif pour la société est stupéfiant pour ne pas dire léger.

Et puis il en va de la responsabilité de chacun.

Si les joueurs n’achetaient pas le dit “jeu” pour revendiquer “le bien être au travail dans l’industrie du jeu vidéo de la dîte compagnie”; peut être que la politique de l’entreprise serait obligée; de part le fait; de changer.

La réalité; c’est que l’acte d’achat; est une marque d’adhésion totale envers l’entreprise a qui l’on donne de l’argent.

Tant que les clients payent; bien et en nombre; ça fonctionnera comme ça.

De même pour celle ou celui qui décide de se lancer dans cette aventure; c’est une succession de choix qui se sont offert a lui avant qu’il appose sa signature et qu’il décide d’approuver la façon de travailler dans l’entreprise.

A l’esclavage nul n’est tenu; on a ce que l’on veut avoir; toujours.

C’est ce discours Irresponsable qui fait résonner tout ce que nous entendons et voyons aujourd’hui.

Est ce là à dire que l’entreprise du jeu vidéo est malade ? que ça va mal ? ou au contraire; à la vue du nombre de titres qui sortent et du nombre d’éditeur qui ne cesse de croître; les perspectives se diversifient et le choix qui s’offrent à tous les acteurs économiques n’ont jamais été aussi nombreux qu’aujourdhui ?

Je sais que mon commentaire sera mal venu car il prend volontairement du recul sur ce que “la dictature du bien” voudrait susciter.

Soyons responsable; et encourageons ceux qui ont des passions à se lancer dans ce qu’ils croient être leur “rêve”.

Et ne jetons pas la pierre à ceux qui connaissent des travers ou des échecs; l’avenir c’est là ou l’on va; pas là ou l’on est.

Bien à vous

Morgan.

Canard PC et Mediapart. :wink:

1 J'aime

Ouhla oui effectivement, merci de la rectification :smiley:

J’ai pas mal développé il y a quelque temps dans un autre domaine. Je pissais du code pas forcément joli, mais le résultat était à la hauteur du rêve. Je me suis bien reconnu dans cette folie du crunch. Mais j’etais Complètement dans mon trip et je ne me rendais pas trop compte de l’exploitation qui était faite de ma prod … mais c’est sur, il faut régulariser tout ça