Légitimité ou troublité?

Warez et autre billevesées, ont longtemps pris trop de mon temps. Fut un temps, ce temps justement où je n’avais pas le choix entre payant et ne pas payer, moyennant quelques manipulations. Les manip’ me donnaient l’impression d’être un guru du soft (haha! pauvre petit script kiddie, lamer du hack), et quand bien même en aurais-je eu les moyens, que j’aurai surement préféré outrepasser les interdits et payer, j’aurai gagné en rapidité, efficacité et tranquillité ( vraiment¹ ?? )

En fait il y a une très longue tradition sous les SE « windosiens » d’outrepasser les droits. La plupart du temps, pour des raisons de moyens financiers. Sérieux, payer un soft 15 fois plus cher que le SE, il y a de quoi se poser des questions ! Mais surtout : pourquoi payer un soft médiocre alors que … ?

On commence même bien souvent à installer le dernier OS à ronger de Microsoft et de le valider à l’aide d’un crack² permettant de calculer une clef tout ce qu’il y a de plus réelle et efficace, bien que frauduleuse. Ainsi validé un Windows se comporte comme un Windows légal et malgré que Microsoft sache depuis le tout début tout sur ce sujet, il n’a jamais trouvé bon de corriger le tir et même s’en frotte les mains : en effet Microsoft se moque des ventes de son SE, pour lui seul compte les parts de marché. Mieux, il fourni son SE gratuitement comme une mise à niveau d’un Seven, et par la même blanchi une énorme part de marché de copies illégales. On peut également obtenir tout à fait légalement une license pour quelques euros, bien que le procédé soit un peu limite : il s’agit de licenses achetée en gros, en fait une liste de quelques centaines à quelques milliers de N° de série et destinés plutôt aux intégrateur d’infrastructure informatique.

D’ailleurs cette soif de posséder des logiciels sans les payer ne viens pas de zindowz ( prononcer [ˈwɪndoʊz] ), voir même de MS-DOS .

Bill Bertram — Travail personnel, CC BY-SA 2.5, File:Amstrad CPC464.jpg - Wikimedia Commons

Heureux possesseur d’un CPC464 aux alentours de '84 une anecdote m’a profondément marquée : J’avais réussi a contacter un « collectionneur » comme il se présentait, par un moyen dont je ne me souviens pas très bien, probablement par P.A. trouvée sur ce qu’on appelait « une feuille de choux ». Il se trouvait, fait rare, que le dit collectionneur habitait à distance raisonnable de mon domicile et cerise sur le gâteau, recherchait le dernier jeu à la mode, dont j’étais possesseur… Donc d’après vous, que pensez-vous qu’il arriva ? Un échange fut convenu, une invitation fut lancée…

Arrivé chez lui, (en pleine cambrousse à 50km des facilités d’une ville de moyenne importance), j’ai découvert la caverne d’Ali Baba du joueur, une dizaine de machines ( à l’époque, c’était le terme consacré ) et un mur de cassettes ainsi qu’un stock de truc plats, des disques magnétiques dans un étui plat ! O.O

Ouala !!! Le mec très sympathique, bien qu’une espèce de troll gothique flippant avant l’heure, m’a présenté ses meilleurs jeux et m’a dit :« bah choisis en autant que tu veux … ». Et oui, j’ai halluciné, mais je n’ai pas été trop gourmand, la rencontre était belle, mais nous étions définitivement trop loin l’un de l’autre pour entretenir un échange soutenu, de plus je n’étais pas une graine, ni une plante, ni un arbre.

Je suis reparti avec 10 cassettes, sans même avoir pensé à lui apporter des K7 vierges ! (lamer) . Encore halluciné par le mur de K7 ! Et je me demande toujours, perdu dans sa cambrousse et pas encore à l’age du modem, comment as-t-il accumulé ces centaines de jeux ou logiciels utilitaires ?

J’en suis venu tout naturellement à en vouloir plus, pas plus de jeux, quoique, mais plus de possibilités matérielles : envie de m’affranchir de ces K7 et de la tête magnétique du lecteur un tantinet délicate, refourguer mon démagnétiseur, mes coton tiges et ma bouteille d’alcool dénaturé. Et enfin sentir toute la magie de ces fameux disques magnétiques dans leur étui de plastique !

image
de:Benutzer:Kangaroo MusiQuede:Bild:Schneider_664_en.jpg

La disquette, en l’occurrence un format 3" (pouces, si, si…) en plastoc bleu (pas sûr), a été mon premier contact³ avec un vrai format de stockage un peu geek :nerd_face:

Beaucoup plus fiable que la K7, elle permettait aussi un envoi poste plus pratique, et a contribué à l’avènement de plusieurs revues spécialisées avec disquette cadeau ( Hebdologiciel ? ) ! J’étais donc avec mon CPC 664 à la pointe du progrès, pensais-je en '85 … Mieux, j’étais enfin entré dans… le branchage, je dirai, mais par une petite brindille, toute petite…

Le fait de recevoir par échange des jeux, en renvoyer, était en fait plus amusant que d’y jouer, le fait d’avoir un ordinateur avec lequel on pouvait aligner quelques lignes de basic était infiniment plus jouissif que de combattre des monstres ou résoudre de rares énigmes …

image
source

Alors comment initialisions-nous les échanges à l’époque ?

Feuilles de choux et magazines spécialisés; non, non, pas de minitel (enfin pour moi …) Et donc en parlant du Minitel : Arriva le MoDemOo

Alors pas un modem à coupleur, où l’on déposait son combiné (micro/HP) sur un support idoine, mais un modem avec des prises, si, si … Pas des RJ11 encore mais des prises quand même. En T et grosses comme… Un téléphone de nos jour ? :rofl: et en gigogne aussi, un peu comme ses horribles tables basses du salon de vos vieux :scream: ( mais je ne pense pas que vous aillez connu cette déchéance, rassurez moi ? )

Mine de rien, même à 9600 bauds, c’était plus rapide que la poste, même si à l’époque le service public, marchait très bien … Bref je découvrais ainsi le monde des BBS, de ses salons que l’on appelait pas encore ainsi, de l’IRC plusieurs années en avance, des question/réponse (au singulier) pouvant aussi prendre une semaine ou plus …

Allez, la suite au prochain N° … (PS : Je cogite, je réfléchi afin de développer) …

¹ - La tranquillité est elle livrée avec le soft acheté en toute légalité ?

On peut légitimement se poser la question, quand on s’aperçoit du tas de spams reçu sur une adresse spécialisée dans l’inscription à ses achats en toute légalité : En 2021, il faut bien se rendre à l’évidence nos datas, données personnelles sont vendues revendues.

² Crack Only : indique que l’archive contient uniquement le crack et non pas le logiciel.
Cracked / Pré-cracked : indique que la version a déjà été déplombée.

³ Premier contact ? En fait pas vraiment je suivais en // des cours sur Bull Micral équipé d’un lecteur pour disquettes 5"1/4, en carton :rofl: